«Bailarinas» avec Marc Béland et Sònia Gómez à L'Agora de la danse | Bible urbaine

Sorties_

«Bailarinas» avec Marc Béland et Sònia Gómez à L’Agora de la danse

«Bailarinas» avec Marc Béland et Sònia Gómez à L’Agora de la danse

Duo délicat et comique pour un solo réinventé

Publié le 7 mai 2017 par Léa Villalba

Crédit photo : Stéphane Najman

C’est depuis 2015 que la danseuse catalane Sònia Gómez s’entoure d’artistes pour construire des versions innovantes de son solo Bailarina (2014). Elle a dévoilé, sur la scène montréalaise de l’Agora de la danse, une proposition originale en formant un duo drôle et touchant avec le danseur et comédien québécois Marc Béland.

Figure alternative de la scène contemporaine catalane, Sònia Gómez est formée en interprétation et en chorégraphie de la danse contemporaine à l’Institut del Teatre de Barcelone ainsi qu’au P.A.R.T.S. (Performing Arts Researchand Training Studios) de Bruxelles. Par la suite, elle intègre plusieurs compagnies de théâtre et participe à des projets multiples, parfois non chorégraphiques. Son parcours l’amènera donc dans divers univers et c’est en 2000 qu’elle fonde sa propre compagnie. Elle y crée des pièces uniques qui vacillent entre le théâtre, la danse et la performance.

La simplicité d’un univers loufoque

La pièce commence. La chorégraphe entre dans son univers épuré, entourée par quelques objets du quotidien qu’elle utilise pour créer sa chorégraphie, son solo, devant les yeux des spectateurs. Elle suit alors huit consignes, qui la guident pour développer sa créativité chorégraphique. Entre propositions réelles et idées farfelues, l’artiste promène le public dans son processus créatif. Elle joue avec les éléments et se balade dans sa pièce, comme si elle crée dans sa chambre, avec rigueur et discipline, tout en montrant son engouement, son incompréhension et parfois, son sarcasme. Sa danse évolue au fur et à mesure et, tout en gardant, les mêmes consignes, dévoile l’immensité de l’esprit, sa capacité à trouver toujours de nouvelles idées et donc créer du vocabulaire dansé nouveau, de la subtilité dans les gestes et une nouvelle interprétation théâtrale pour chaque mouvement. Elle allie alors la danse au théâtre et construit des images fortes, des regroupements d’idées qui amènent alors son acolyte Marc Béland, spectateur à part entière, à l’action et à la réflexion.

Un questionnement sur le duo et le vieillissement des corps en danse

Les deux artistes se rencontrent, dans l’intimité de la scène, au cœur de l’univers de Sònia Gómez. Ils tentent alors de recréer le solo initial en y mettant une interprétation nouvelle, des réflexions approfondies et de le moduler pour en faire un duo. Il s’agit alors de chercher de nouvelles formes, de nouvelles propositions, à deux, avec deux esprits créatifs, tout en fondant une harmonie. Se pose alors la question de la complicité, de l’échange avec l’autre, avec son corps. Que signifie créer quand on a plus de 50 ans et une carrière accomplie? Comment créer de nouvelles choses avec un corps changeant?

On assiste alors à l’évolution d’un partenariat original, ludique et espiègle où la réflexion se lit sur leurs visages, parfois perdus, parfois fiers de leurs trouvailles. Il dévoile, avec délicatesse, une danse à deux où chacun communique ses idées, ses possibilités physiques et s’adapte à l’autre pour ne faire plus qu’un.

L'événement en photos

Par Stéphane Najman

  • «Bailarinas» avec Marc Béland et Sònia Gómez à L’Agora de la danse
  • «Bailarinas» avec Marc Béland et Sònia Gómez à L’Agora de la danse
  • «Bailarinas» avec Marc Béland et Sònia Gómez à L’Agora de la danse

Nos recommandations :

Vos commentaires

Revenir au début