«L’entrevue éclair avec…» Jean-François Beauchemin, un auteur prolifique qui se laisse guider par l'inconscient – Bible urbaine

Littérature_

«L’entrevue éclair avec…» Jean-François Beauchemin, un auteur prolifique qui se laisse guider par l’inconscient

«L’entrevue éclair avec…» Jean-François Beauchemin, un auteur prolifique qui se laisse guider par l’inconscient

«En moi, l’écrivain n’est jamais éloigné de l’homme»

Publié le 15 septembre 2021 par Mathilde Recly

Crédit photo : Manon Des Ruisseaux

Dans le cadre de «L’entrevue éclair avec…», Bible urbaine pose 5 questions à un artiste ou à un artisan de la culture afin d’en connaître un peu plus sur sa personne, sur son parcours professionnel, ses inspirations, et bien sûr l’œuvre qu’il révèle au grand public. Aujourd’hui, on a jasé avec l'auteur Jean-François Beauchemin, dont le livre «La source et le roseau» est récemment paru aux Éditions Druide. Découvrez-en plus sur ce créateur qui nous ouvre les portes de sa vie où se confondent réalité, méditation et poésie.

Jean-François, on est curieux de savoir: d’où t’est venue la piqûre pour la littérature?

«C’est une longue et très ancienne histoire. Disons que tout a commencé pour moi vers l’âge de huit ans, quand j’ai lu pour la première fois le roman de Daniel Defoe, Robinson Crusoé. Cette lecture m’a à ce point passionné que j’ai tout de suite su que les livres allaient occuper une place importante dans ma vie.»

«Plus tard, vers la fin de l’adolescence, j’ai lu avec une espèce de soif dévorante Adolphe, le roman de Benjamin Constant. Second coup de foudre! Robinson m’avait donné le goût de la lecture. Adolphe m’a donné le goût d’écrire et de devenir écrivain. Les grandes passions, celles qui changent le cours de la vie, naissent souvent pendant l’enfance et l’adolescence.»

On sait que tu as déjà 24 ouvrages à ton actif (!), dont des romans, des récits, des carnets, des nouvelles et de la poésie. Selon toi, qu’est-ce qui explique ton goût et tes capacités à créer dans des genres littéraires aussi variés?

«Franchement, je n’en sais rien. Je ne me dis jamais “À présent, je vais écrire un roman, ou une nouvelle, ou des carnets”. J’écris, c’est tout. Bien souvent, ce n’est qu’à la fin du processus d’écriture que je constate que je viens d’écrire un roman, ou une nouvelle, ou des carnets, ou je ne sais quoi d’autre. Parfois, même, ça ne ressemble à rien de connu ou d’identifiable.»

«En définitive, je ne crois pas que le genre littéraire soit si important à considérer (sauf pour les libraires, qui doivent placer le livre dans la bonne section!) Pour moi, l’essentiel est d’écrire et de créer quelque chose (de l’émotion, de la beauté, de la pensée) à partir d’un assemblage de mots et de phrases. C’est une approche très mécaniste. Mais je veille toujours, bien sûr, à ce que cette mécanique soit en quelque sorte éclaboussée par l’esprit.»

Le 15 septembre, ton livre La source et le roseau est paru aux Éditions Druide. Le lecteur y découvre des fragments de souvenirs d’un homme qui se remémore des moments de vie, notamment avec son chien ou encore ses parents disparus. D’où t’est venue l’inspiration, et est-ce que ces écrits ont un caractère autobiographique?

«D’où viennent les idées, l’inspiration? C’est évidemment un mystère. Je serais bien en peine de dire d’où m’est venue l’idée d’écrire tout un livre à propos de mon chien, et de dresser avec sa vie un parallèle avec la vie de mes parents. Je crois de plus en plus que cette idée – et tant d’autres – est à mettre sur le compte de l’inconscient.»

«Il y a tellement de choses qui sont enfouies en nous et qui, à la longue, configurent notre imagination, notre sensibilité, notre pensée, notre intuition, etc. Sans doute les écrivains, et les créateurs en général, puisent-ils constamment et sans même le savoir dans ce profond réservoir.» 

Jean-François-Beauchemin_La-source-et-le-roseau_Couverture

Au fil des pages, ce récit «interroge l’âme humaine et nous invite à doucement réfléchir à notre existence et à tous ces moments marquants qui la remplissent». Comment as-tu réussi à prendre le recul nécessaire face à la vie tout en ayant une approche à la fois méditative, poétique et réaliste?

«Je n’ai pas eu à prendre de recul, puisque ma vie est ainsi faite. Tout en elle se confond, le réel, la poésie, l’action, la contemplation. C’est en ce sens surtout que ce livre a un aspect autobiographique: il est le pur reflet de la façon dont fonctionnent mon esprit et mon imaginaire. Ainsi, il n’y a pas beaucoup de différence entre mes livres et ma vie, et en moi, l’écrivain n’est jamais éloigné de l’homme.»

Et alors, en ce moment, as-tu déjà un prochain projet d’écriture en cours – ou en tête? Si oui, on serait curieux de savoir quelle forme tu aimerais donner à ta création, et quel sujet tu y aborderais!

«Je viens tout juste de terminer l’écriture d’un livre écrit en collaboration avec un autre écrivain. Vous ne m’en voudrez pas, j’espère, de garder pour l’instant le secret quant à l’identité de cet écrivain et la nature de ce livre. Quand ces pages-là seront passées entre les mains de l’éditeur et que tout aura été approuvé, je pourrai en dire plus long.»

«Toujours est-il que je profite en ce moment d’une petite pause en attendant de recommencer à écrire. De quoi sera fait le prochain livre? Je n’en ai pour l’instant qu’une idée bien vague. Je ne crois pas que ce sera un roman, ni une nouvelle, ni des carnets, ni de la poésie. Mais alors? Franchement, peu m’importe. L’essentiel est d’écrire.»

Pour lire nos précédents articles «L’entrevue éclair avec» et faire le plein de découvertes, consultez le labibleurbaine.com/nos-series/lentrevue-eclair-avec.

*Cet article a été produit en collaboration avec les Éditions Druide.

Nos recommandations :

Vos commentaires

Revenir au début