«À la découverte de…» Mathieu Pothier, photographe touche-à-tout | Bible urbaine

Sorties_

«À la découverte de…» Mathieu Pothier, photographe touche-à-tout

«À la découverte de…» Mathieu Pothier, photographe touche-à-tout

Amener la réflexion des spectateurs

Publié le 7 décembre 2016 par Bible urbaine

Crédit photo : Mathieu Pothier

À l’aube de la toute nouvelle année 2017, l’équipe de rédaction de Bible urbaine tenait à souligner, en 5 questions, le bon travail accompli par son équipe de photographes passionnés et chevronnés. Cette semaine, nous avons interviewé le touche-à-tout Mathieu Pothier.

1- D’où est née ta passion pour la photographie et qu’utilises-tu comme équipement?

«Très jeune, j’ai été initié aux arts visuels et à la technologie. J’ai eu la chance d’avoir quelqu’un dans mon entourage qui avait des connaissances, de l’équipement et du temps pour me laisser jouer avec toutes sortes de jouets numériques. Mon premier contact avec Photoshop, par exemple, remonte à 1999 (J’avais 10 ans). J’ai donc choisi par la suite d’étudier en cinéma et j’avais cette passion pour tout ce qui est technique. Un ami et moi avions déjà un gros bagage de connaissances et nous étions un peu des boulets pour toute la classe, n’écoutant pas vraiment ce que les profs avaient à dire sur le côté technique, mais réussissant quand même bien les cours. Par la suite, je me suis dirigé vers la photographie, car c’est très similaire au cinéma et à la vidéo, mais sans l’organisation massive et les ressources humaines nécessaires lorsqu’on parle de cinéma

Autrement, dans un contexte de spectacle, j’ai normalement deux caméras sur moi: une Nikon D800 et une D500. Selon le type de contrat, j’aurai avec moi un ou plusieurs des objectifs suivants: 14-24mm f/2.8, 24-70 f/2.8, 70-200 f/2.8, 35 f/1.8, 50 f/1.8. J’ai aussi accès à n’importe quel autre objectif pour des contrats spéciaux lorsque nécessaire. Mon studio est directement chez moi et je suis équipé de quatre flashs complètement numériques et j’ai à ma disposition à peu près tous les accessoires qu’on peut avoir besoin pour contrôler la lumière.

2- Quand as-tu commencé ta collaboration à la Bible urbaine et qu’est-ce que cette aventure t’a permis de réaliser?

«J’ai commencé à collaborer à l’été 2013, car je cherchais à découvrir et à approfondir le milieu du spectacle. Depuis, j’ai aussi élargi mes couvertures à des expositions dans les musées, du cirque et même de l’opéra. C’est certain que cette aventure m’a permis d’établir un très bon contact avec des tonnes de gens dans ces milieux. Les artistes locaux et même moins locaux peuvent m’écrire des messages pour parler de photo et de leur travail, et c’est toujours agréable de savoir que ses photos sont vues par les artistes et qu’ils apprécient.»

3- Fais-toi aller la mémoire et raconte-nous une anecdote croustillante qui te rappelle une séance photo dont tu te souviendras bien longtemps.

«J’ai plein d’anecdotes des fois drôles, des fois pas mal moins! J’ai un processus créatif assez spontané et ça peut donner des projets uniques sans être préparés d’avance. J’ai fait une session photo qui impliquait du nu dans une forêt où il y avait des gens qui pouvaient y marcher. Évidemment, nous n’étions pas très loin de ces sentiers et la modèle se cachait quand on voyait des gens arriver, sans compter la tonne de maringouins qui s’en donnaient à cœur joie! Ça a donné de belles images et un très bon souvenir. (Voir les photos dans la nature ci-bas).»

4. À part prendre des photos lors d’évènements culturels, qu’est-ce qui te motive le plus en termes de projets en parallèle?

«Dans le domaine de la photo, je fais toutes sortes de projets très différents du culturel. Je fais des portraits plus artistiques, avec du nu, de la peinture corporelle et toutes sortes de concepts éclatés. J’adore faire en sorte que le spectateur se pose des questions, soit incertain et déstabilisé (sans tomber dans la vulgarité ou pour simplement choquer). Je fais aussi du commercial, des gens d’affaires et des photos de plateaux de télévision.»

«En dehors de ce monde, je suis aussi technicien informatique. Je fais aussi de l’hébergement et de la programmation web et je travaille dans un laboratoire photo reconnu de Montréal. J’ai une bonne connaissance de beaucoup de sujets dans le domaine technologique, que ce soit pour des pièces d’ordinateur autant que pour de la programmation, ou même des intégrations entre différentes technologies (Arduino / Raspberry pi, Linux, Mac, PC, réseautique, VoIP, Bash, PHP, MySQL, Javascript et HTML, mais aussi tout ce qui est machines technologiques complexes), j’ai souvent une approche «out-of-the-box» qui me vaut le surnom de «sauveur» dans beaucoup de situations.»

5. Dans un monde idéal, si tu pouvais réaliser le projet créatif le plus éclaté possible, quel serait-il? Soyons fous!

«Out-of-the-box: je verrais tout de suite un projet incluant de la photo, c’est certain… Quelque chose qui amène la réflexion des spectateurs. Mais aussi avec une intégration d’autres technologies, apportant une certaine interactivité, mais sans que ça devienne un projet basé sur cette interaction-là; ça a tendance à m’énerver quand la forme prend le dessus sur le contenu ou le message. Donc, quelque chose de complet et qui porte à la réflexion tout en intégrant une partie de mon savoir-faire dans les technologies.»

Suivez son actualité en direct de sa page Facebook. Pour découvrir notre série hommage aux photographes de Bible urbaine, consultez le lien suivant: labibleurbaine.com/a-la-decouverte-de…

L'événement en photos

  • «À la découverte de…» Mathieu Pothier, photographe touche-à-tout
  • «À la découverte de…» Mathieu Pothier, photographe touche-à-tout
  • «À la découverte de…» Mathieu Pothier, photographe touche-à-tout
  • «À la découverte de…» Mathieu Pothier, photographe touche-à-tout
  • «À la découverte de…» Mathieu Pothier, photographe touche-à-tout
  • «À la découverte de…» Mathieu Pothier, photographe touche-à-tout
  • «À la découverte de…» Mathieu Pothier, photographe touche-à-tout
  • «À la découverte de…» Mathieu Pothier, photographe touche-à-tout
  • «À la découverte de…» Mathieu Pothier, photographe touche-à-tout
  • «À la découverte de…» Mathieu Pothier, photographe touche-à-tout
  • «À la découverte de…» Mathieu Pothier, photographe touche-à-tout
  • «À la découverte de…» Mathieu Pothier, photographe touche-à-tout
  • «À la découverte de…» Mathieu Pothier, photographe touche-à-tout
  • «À la découverte de…» Mathieu Pothier, photographe touche-à-tout
  • «À la découverte de…» Mathieu Pothier, photographe touche-à-tout
  • «À la découverte de…» Mathieu Pothier, photographe touche-à-tout
  • «À la découverte de…» Mathieu Pothier, photographe touche-à-tout
  • «À la découverte de…» Mathieu Pothier, photographe touche-à-tout
  • «À la découverte de…» Mathieu Pothier, photographe touche-à-tout
  • «À la découverte de…» Mathieu Pothier, photographe touche-à-tout
  • «À la découverte de…» Mathieu Pothier, photographe touche-à-tout
  • «À la découverte de…» Mathieu Pothier, photographe touche-à-tout
  • «À la découverte de…» Mathieu Pothier, photographe touche-à-tout
  • «À la découverte de…» Mathieu Pothier, photographe touche-à-tout
  • «À la découverte de…» Mathieu Pothier, photographe touche-à-tout
  • «À la découverte de…» Mathieu Pothier, photographe touche-à-tout
  • «À la découverte de…» Mathieu Pothier, photographe touche-à-tout
  • «À la découverte de…» Mathieu Pothier, photographe touche-à-tout
  • «À la découverte de…» Mathieu Pothier, photographe touche-à-tout
  • «À la découverte de…» Mathieu Pothier, photographe touche-à-tout
  • «À la découverte de…» Mathieu Pothier, photographe touche-à-tout
  • «À la découverte de…» Mathieu Pothier, photographe touche-à-tout
  • «À la découverte de…» Mathieu Pothier, photographe touche-à-tout
  • «À la découverte de…» Mathieu Pothier, photographe touche-à-tout
  • «À la découverte de…» Mathieu Pothier, photographe touche-à-tout
  • «À la découverte de…» Mathieu Pothier, photographe touche-à-tout

Par Mathieu Pothier

Nos recommandations :

Vos commentaires

Revenir au début