5 films québécois à (re)découvrir pour encourager le cinéma d'ici – Bible urbaine

Cinéma_

5 films québécois à (re)découvrir pour encourager le cinéma d’ici

5 films québécois à (re)découvrir pour encourager le cinéma d’ici

Quoi regarder en attendant les mois plus chauds

Publié le 17 mars 2021 par Jessica Samario

Crédit photo : Tous droits réservés @ Pexels

Ça fait un petit moment que vous n’avez pas vu de films québécois? Plusieurs perles sont sorties dans les dernières années et il est maintenant possible de les regarder directement en ligne. Alors, pourquoi s’en priver? Découvrez des productions originales que vous ne serez pas prêts d'oublier!

1991 de Ricardo Trogi (2018) – Netflix

Après 1981 et 1987 vient 1991 de Ricardo Trogi, une trilogie biographique interprétée par Jean-Carl Boucher. À ses 21 ans, Ricardo décide d’entreprendre un voyage étudiant en Italie afin de conquérir l’amour de sa vie (Juliette Gosselin).

Comme à son habitude, il fera face à plusieurs obstacles tels que perdre son passeport, égarer son chemin et rencontrer des gens un peu louches… Cette aventure trépidante lui permettra de rencontrer des gens marquants et de lui en apprendre beaucoup sur lui-même. Bien sûr, vous retrouverez sa mère (Sandrine Bisson), toujours aussi tordante, qui essaie de l’aider à l’autre bout du fil!

Il est agréable de suivre les aventures de Ricardo et de voir dans quelle situation gênante il se retrouvera encore. Toujours aussi drôle, cette série est à voir et à revoir tant elle procure un sentiment d’appartenance!

Menteur d’Émile Gaudreault (2019) – Illico

Menteur compulsif, Simon (Louis-José Houde) a pour réflexe de mentir à la moindre occasion pour justifier ses erreurs. Son frère jumeau (Antoine Bertrand) ainsi que tous ses proches tentent de le raisonner en lui organisant une réunion d’intervention, en vain.

Teintée d’humour et de surréalisme, cette histoire transportera les deux frères dans une autre dimension, là où tous ses mensonges sont devenus réalité. Il rencontrera une nouvelle collègue (Catherine Chabot), qui s’impliquera dans ce fléau pour l’aider à réparer ses erreurs. Évidemment, le film se termine sur une morale réconfortante qui plaira à tous.

Menteur est LA comédie fantastique à regarder pour décrocher du quotidien et rire un bon coup!

Fabuleuses de Mélanie Charbonneau (2019) – Crave (jusqu’au 30 mars) et Illico

Après de longues années d’études, Laurie (Noémie O’Farrell) tente de trouver un emploi de rédactrice dans une grande entreprise branchée. Elle se voit malheureusement rejetée, puisqu’elle n’est pas assez connue sur les réseaux sociaux.

Par hasard, elle fait la rencontre de Clara (Juliette Gosselin), une influenceuse très connue, et se lie d’amitié avec elle dans le but de se faire connaître. Bien déçue, sa meilleure amie féministe (Mounia Zahzam) voit Laurie devenir le type de femme-objet qu’elles avaient l’habitude de critiquer ensemble et elle tente de la raisonner. À travers les hauts et les bas, les trois jeunes femmes développeront une grande amitié qui les fera grandir.

Enchaînant des scènes crues et révélatrices, cette histoire dépeint, avec humour, la pression qu’un grand nombre de jeunes femmes ressentent dans la société actuelle. Vous serez charmés par la grande solidarité féminine qui unit nos trois héroïnes!

Chien de garde de Sophie Dupuis (2018) – Crave

Sous l’emprise de son oncle, chef d’un cartel de drogue à Verdun, JP (Jean-Simon Leduc) gagne sa vie en collectant les clients et en effrayant ceux qui ne paient pas. Comme si ce n’était pas assez, il tente également de sauver sa famille dysfonctionnelle.

Son jeune frère Vincent (Théodore Pellerin) souffre d’un déséquilibre mental et sa mère, (Maude Guérin) autrefois alcoolique, fait des rechutes de temps à autre. Même s’il cherche à venir en aide à sa famille, il préférerait avoir une vie normale et déménager avec sa copine, et ce, loin des ennuis qui l’épuisent.

Les scènes percutantes et la détresse émotionnelle des personnages vous émouvront du début à la fin, et le personnage de Vincent vous en fera voir de toutes les couleurs!

Mommy de Xavier Dolan (2014) – Club illico

Diane (Anne Dorval) n’est pas une mère comme les autres. Excentrique et joviale, elle attire l’attention dans les lieux publics. Également monoparentale, elle s’organise du mieux qu’elle peut pour subvenir aux besoins de son fils impulsif et violent (Antoine Olivier Pilon).

Dans cet univers canadien fictif, une loi permet aux parents de confier leurs enfants dans une institution d’État spécialement conçue pour les mineurs ayant un trouble de santé mentale. Diane tente tant bien que mal d’éviter ce cauchemar à son fils tant aimé. La rencontre de leur voisine (Suzanne Clément) viendra adoucir les moments de crise et les obstacles sur leur chemin.

Filmé au format 1:1, Mommy est, à mon humble avis, l’une des plus grandes œuvres de Xavier Dolan. Le jeu d’acteur est si chavirant que l’on a l’impression de connaître les personnages personnellement.

Pour lire d’autres articles sur le cinéma, vous pouvez visiter notre section en cliquant ici.

Nos 5 suggestions de films québécois en images

Par Tous droits réservés

  • 5 films québécois à (re)découvrir pour encourager le cinéma d’ici
  • 5 films québécois à (re)découvrir pour encourager le cinéma d’ici
  • 5 films québécois à (re)découvrir pour encourager le cinéma d’ici
  • 5 films québécois à (re)découvrir pour encourager le cinéma d’ici
  • 5 films québécois à (re)découvrir pour encourager le cinéma d’ici

Nos recommandations :

Vos commentaires

Revenir au début