îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion | Bible urbaine

Sorties_

îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion

îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion

Avec nos 80 photos de Spag Heddy, Ghastly, Malaa et plusieurs autres!

Publié le 13 août 2017 par Léa Villalba

Crédit photo : Emmanuel Gagné

Ce samedi, notre collaboratrice Léa et notre photographe Emmanuel ont prouvé qu'ils n'étaient pas faits en chocolat et ont bravé l'averse pour assister à la dernière journée du festival EDM îleSoniq. La pluie n'a pas su arrêter le party et les festivaliers étaient tout aussi en forme que la veille pour voir les prestations de leurs DJs préférés! Des reprises pop de Justin Bieber et Beyoncé à la violence trap de fin de soirée, il y a fort à parier que nos collaborateurs ont encore les oreilles qui bourdonnent aujourd'hui.

C’est dans l’appréhension de la pluie qu’on est parti à la découverte des DJs du deuxième jour du festival îleSoniq. Toujours entouré de festivaliers plus que motivés, on s’est dirigé vers une scène encore inconnue pour nous, la scène Néon, plus lointaine encore et dotée d’un grand dôme idéal pour les projections.

Lookas: Dubstep assumé, malgré quelques déceptions

Pour annoncer la couleur de son set, le DJ s’est mis à crier et à envoyer des sons lourds et stridents à la foule amassée devant lui. Avec des bruits qui remplissent l’espace et des danseurs motivés, l’après-midi s’est avéré des plus motivants.

Sous des projections assez basiques, l’artiste a lâché en premier lieu des gros titres dubstep et trap, purement électroniques, où les grosses basses faisaient vibrer le sol. Il a par la suite enchaîné sur des reprises de chansons populaires, notamment «Purple Lamborghini» de Skrillex et Rick Ross, «Need You» de Dillon Francis, ainsi que des morceaux d’artistes comme Empire of the Sun, A$AP Rocky ou encore Calvin Harris.

Il est même allé jusqu’à passer «All I Do Is Win» de DJ Khaled sans raison apparente (tout comme Desiigner, la veille…) reprendre Linkin Park, dans un hommage qui a fait mal au rock du groupe californien, «sampler» de Queen, ou encore passer des titres de Flux Pavillon et Chief Keef sans vraiment les modifier.

Dommage que son bon dubstep ait été gâché par des chansons populaires remixées parfois de façon un peu légère, voire inutile. Un après-midi tout de même réussi pour l’artiste qui a fait sauter les gens (déjà prêts à sauter dans tous les cas…) et qui a créé des mosh pits.



Spag Heddy: «Yo! C’est violent à mort, là!»

En débutant par «Samir» et en affichant directement sur les écrans une tomate qui fait des doigts d’honneur, Spag Heddy est entré dans le vif du sujet et a su rejoindre ses fans rapidement. Le public s’est retrouvé plongé dans l’univers sadique, grotesque et salement trap de l’artiste.

Entouré par plein de photographes sur scène, il a livré du «vrai» dubstep, sans aucune référence pop autre que ses propres compositions. Très motivé, il a sauté et crié avant plusieurs drops, le tout embelli par des images loufoques. Maître d’une trap lourde et assumée, il a su pendant 70 minutes enflammer la scène Néon et nous offrir avec bonheur ses «anti-chansons de radio».

JAUZ: Remix dance et flashing lights


Après la grosse averse de la journée (on s’y attendait!), c’était au tour de JAUZ de faire son show sur la scène principale. C’est avec un «Fuck the rain!» que le DJ a commencé son set. De notre côté, nous avons décidé de tenter l’expérience de la terrasse VIP pour être à l’abri.

Depuis la terrasse, on voyait tout et on ressentait tout. Le mélange musical de JAUZ faisait constamment vibrer le plancher et nous mettait dans la même ambiance que les festivaliers collés à la scène. Ce sont tout plein de ballons gonflables aux formes diverses (ananas, licorne, étoile, etc.) qui flottaient dans les airs et une foule conquise par les remix de JAUZ qui chantait et sautait à presque toutes les chansons. Il a repris des titres actuels de vedettes comme Justin Bieber, Diplo ou Beyoncé pour plaire aux plus jeunes, mais a aussi su rejoindre les plus vieux. Notamment en remixant des DJs comme Guru Josh Project, Benny Benassi et Daft Punk, mais aussi des groupes rock (Eurythmics, Red Hot Chili Peppers) et a terminé son set avec un remix de Green Day.

Depuis la terrasse, on a pu voir du crowd surfing, un Pikachu géant se faire transporter dans la foule et des gens en mode gros party qui faisait ressembler le Parc Jean-Drapeau à un tournage de vidéoclip. Avec des lumières et des danseurs, l’artiste a recréé un club à ciel ouvert pour le plus grand bonheur de ses fans.

Excision: bass et enfer visuel 

Après JAUZ, nous avons eu presque une heure de répit et avons décidé de tenter l’expérience Explore: lieu de chillage intense et installations diverses. De grandes décorations gonflables étaient posées dans cet espace pour permettre aux festivaliers de se reposer, mais aussi de prendre de belles photos souvenirs pleines de couleurs, de lumières et de fantaisie. Une activité très sympathique qui nous a sorti un peu de la violence de la musique et offert un repos visuel et auditif.

À cause d’un bris technique, Excision a dû commencer son set avec 40 minutes de retard et c’est avec des bruits subtils que le DJ est entré en scène, accompagné d’énormes écrans rouges qui faisaient des projections sur la foule. Pendant 75 minutes, Excision a propulsé toute la puissance des grosses basses électroniques dubstep et trap sur des fonds visuels élaborés et complètement délirants.

C’était une foule immense de headbangers qui vivaient la musique devant lui. Malgré la distance où nous étions, nous pouvions voir les festivaliers se donner de toute leur force à jeter leur tête d’avant en arrière. Les cheveux volaient de tous les côtés, on se serait cru dans un concert de métal. Une fin de soirée violente et mythique pour les fanatiques de dubstep, de bass et de trap.

Peu à peu, la foule est partie, sûrement à cause du décalage qui a fait se chevaucher certains spectacles, dont Infected Mushroom et Porter Robinson. Le public d’Excision lui a été fidèle jusqu’à la toute fin et a dû se rendre au métro par un chemin différent de la veille, moins encombré, mais plus long, pour pouvoir rentrer à la maison.

L'événement en photos

  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion
  • îleSoniq 2017, jour 2: du dubstep et des reprises pop à profusion

Par Emmanuel Gagné

Nos recommandations :

Vos commentaires

Revenir au début