Balado «L’envers des corps»: Liliane Moussa, une chorégraphe qui n'a pas peur de foncer | Bible urbaine

Sorties_

Balado «L’envers des corps»: Liliane Moussa, une chorégraphe qui n’a pas peur de foncer

Balado «L’envers des corps»: Liliane Moussa, une chorégraphe qui n’a pas peur de foncer

Utiliser sa voix pour faire changer les choses

Publié le 21 décembre 2020 par Vincent Gauthier

Crédit photo : Anne-Flore de Rochambeau

Bible urbaine est fier de s'associer au projet de balado L'envers des corps, animé par la danseuse professionnelle et chorégraphe Morgane Le Tiec, qui vise à permettre aux artistes de la danse de s’exprimer pleinement et de partager leurs réflexions sur leur métier. L’envers des corps est un balado créé pour vous inspirer, vous outiller et vous plonger au coeur de ce monde passionnant pour en découvrir tous les secrets. Cette semaine, on vous invite à découvrir Liliane Moussa, une artiste dynamique qui n'hésite pas à aborder des sujets tabous tels que les abus de pouvoir dans les milieux artistiques, la précarité en contexte de performance et la culture du silence.

Après avoir terminé ses études en danse à l’UQAM, Liliane Moussa s’est lancée dans ses créations originales à partir de 2012. Les spectateurs ont pu ainsi admirer son travail au-devant de la scène montréalaise à Tangente, notamment, mais aussi à Vancouver et au Chili. Plus jeune, la danseuse a pratiqué la gymnastique artistique compétitive, un bagage qui teinte encore aujourd’hui sa recherche chorégraphique.

Interprète, chorégraphe et mère d’un jeune garçon de 6 ans, Liliane crée une multitude de projets et se bat toujours pour qu’ils voient le jour. En parallèle, elle soigne les corps de danseurs et de non-danseurs comme physiothérapeute.

Dans ce quatorzième épisode, et le dernier de 2020, Morgane Le Tiec a discuté avec Liliane de son parcours comme gymnaste et de physiothérapeute. Ensemble, elles ont aussi parlé de sport, d’art et de technique, entre autres, mais aussi de la pression du métier et de tout ce qui entoure sa recherche chorégraphique. De plus, elles ont abordé l’importance de ne pas avoir peur de parler et d’utiliser sa voix pour agir et aller au front pour ainsi faire changer les choses.

Portrait d’une femme qui a du cran et qui nous fait réfléchir sur nos actions en tant qu’artistes. Bonne écoute!

Nos recommandations :

Vos commentaires

Revenir au début