«Opératique», un roman graphique de Kyo Maclear et Byron Eggenschwiler – Bible urbaine

LittératureBandes dessinées et romans graphiques

«Opératique», un roman graphique de Kyo Maclear et Byron Eggenschwiler

«Opératique», un roman graphique de Kyo Maclear et Byron Eggenschwiler

Pour replonger dans les années de secondaire en musique

Publié le 4 juin 2019 par Lucie Laumonier

Crédit photo : Les Éditions de La Pastèque et House of Anansi Press

Pour qui aime la couleur et les illustrations fines et expressives, la lecture d’Opératique sera un grand plaisir pour les yeux. Les amoureux de musique y trouveront également leur compte! Cette plongée en adolescence est d’un accès facile, grâce à sa narration structurée, ses riches dessins et l’universalité de ses propos.

Charlie est au secondaire, en deuxième année. Elle est discrète et essaie de ne pas trop se faire remarquer avec son groupe d’amies. Dans sa classe, il y a un groupe de pimbêches, des élèves qui parlent beaucoup, un gars discret et un peu weird qui ne s’intéresse qu’aux insectes (Charlie l’aime bien – en secret – et le trouve cute). Il y a aussi un pupitre vide – celui d’un élève énigmatique qui ne vient plus à l’école. Une classe comme on en a tous connu.

La narration est d’abord centrée sur les cours de musique, donnés par un professeur sympa mais un peu intense, qui fait écouter à la classe des tubes des années 1980 dont ils n’ont cure. Comme travail de fin d’année, il demande aux élèves d’écrire un texte sur la chanson qui les représente le plus en expliquant pourquoi ils s’y identifient; il les introduit alors à plusieurs genres musicaux. Contre toute attente, c’est la voix de la cantatrice Maria Callas qui donne la chair de poule à Charlie; c’est sur elle qu’elle écrira son essai.

Opératique vient de paraître aux Éditions de La Pastèque. Traduit de l’anglais, le roman graphique a été écrit par la Canadienne Kyo Maclear et illustré par le Canadien Byron Eggenschwiler. Le premier tiers de l’histoire plante le décor, les personnages et l’ambiance de la classe – une vie quotidienne somme toute assez classique. Byron Eggenschwiler lui a attribué un camaïeu de jaunes et ocres, qui rehausse de manière saisissante la finesse de ses dessins au crayon noir. Le tracé texturé de B. Eggenschwiler  donne du relief aux décors et aux personnages; Opératique est sans équivoque une grande réussite du point de vue graphique.

C’est à partir de la «rencontre» entre Charlie et Maria Callas que le roman prend son envol et un tournant plus poétique, porté par des textes plus profonds et de grandes planches à l’essence onirique. Les sections consacrées à la vie de la cantatrice, évoquant les aspirations et la cruauté de l’adolescence, sont associées au rouge et au pourpre, des couleurs que Charlie emporte avec elle à petites touches pour le reste de l’histoire. Surmonter la peur de se faire remarquer, trouver sa «tribu», assumer ses failles, telles sont les leçons tirées par Charlie de sa découverte de Maria Callas.

Parler de musique et des émotions qu’elle procure est un défi périlleux à relever en bande dessinée (en peu de mots et surtout en image). Les deux auteurs du roman l’ont relevé avec adresse et créativité, me donnant l’envie d’écouter les chansons et les airs joués au fil des pages. Parallèlement à la musique et à son rôle central dans la vie des adolescents, Opératique traite de l’adolescence (l’école, les amis, l’amour) et parle du conformisme si important pendant les années de secondaire.

Pour survivre au secondaire, il ne faut pas faire de vagues ni se faire remarquer, une règle d’or maintes fois répétée par Charlie. Le pupitre vide dans la classe est celui de la différence et de la mise à l’écart. Luka, qui s’y asseyait, n’avait pas peur d’être lui-même et d’exprimer à haute voix ses émotions, jusqu’à ce qu’il ne puisse plus supporter l’intimidation dont il était victime.

L’histoire de Luka est racontée dans un camaïeu de bleu, du plus vif au plus profond, soulignant l’ambiance plus dramatique de ces pages. L’une des forces de l’ouvrage est en effet de traiter du douloureux sujet de l’intimidation avec sensibilité.

Ce roman graphique à l’histoire touchante et aux splendides dessins ne vous laissera pas insensible.

Opératique, de Kyo Maclear et Byron Eggenschwiler (traduit de l’anglais par Fanny Britt), Les Éditions de La Pastèque, mai 2019, 160 pages, 21,95 $.

L'avis


de la rédaction

Nos recommandations :

Vos commentaires

Revenir au début