«Les lignes de désir» d’Emmanuel Kattan – Bible urbaine

Littérature_

«Les lignes de désir» d’Emmanuel Kattan

«Les lignes de désir» d’Emmanuel Kattan

Double vie

Publié le 15 novembre 2012 par Éric Dumais

Crédit photo : Boréal

Avec comme trame de fond les violences ayant sévi au Moyen-Orient, Les lignes de désir d’Emmanuel Kattan est un roman à triple dimension où le style policier rencontre la philosophie et les religions juive et musulmane. Après l’excellent Nous seuls (2008), l’auteur montréalais d’origine new-yorkaise récidive avec une œuvre difficile où la disparition de l’être cher et l'identité religieuse sont au centre d’une intrigue se déroulant à l’autre bout du monde.

Sara décide de plier bagage et de quitter Montréal pour aller poursuivre ses études en archéologie à Jérusalem au grand dam de Daniel, son père, qui est surprotecteur depuis la mort de sa femme Leila. C’est donc avec un certain serrement au cœur que ce dernier laisse sa fille unique entre les bras d’un peuple à l’histoire complexe où les violences perdurent. Malgré tout, Sara et Daniel demeurent inexorablement liés par leurs échanges, et ce, même si plusieurs milliers de kilomètres les séparent. Jusqu’au jour fatidique où Sara disparaît sans laisser de traces. Littéralement paniqué, Daniel saute dans le premier avion et part à l’étranger à la recherche de sa fille, dont l’absence pèse encore plus lourd que le deuil de sa bien-aimée.

Sans la formule épistolaire, la tension qui nous unit d’emblée au drame vécu par Daniel n’aurait jamais été aussi percutante. Alternant entre les extraits du journal intime de Sara et les échanges virtuels entre père et fille, puis la quête au présent de Daniel, Les lignes du désir explore une pluralité temporelle au service du lecteur. L’intrigue, de cette façon, s’écoule aussi doucement qu’une coulée de caramel sur une boule de crème glacée et l’auteur demeure avare d’indices quant à la disparition de Sara. Que s’est-il passé le jour du 24 avril 2009? Où Sara peut-elle bien être? Ces questionnements, lourds de mystères et d’incompréhensions, tenaillent l’esprit de Daniel comme une faim infinie et le porte à mener une enquête parallèle à celle de la police locale.

C’est après avoir interrogé les proches de Sara à Jérusalem que Daniel découvrira un pan entier de sa fille qu’il ignorait jusqu’alors. Selon toute vraisemblance, Sara aurait vécu une amourette avec un certain Avner, qui n’aurait jamais accepté la séparation aux dires de plusieurs témoins. Mais a-t-il pour autant un rôle à jouer dans la disparition de son ex-amoureuse? Et que dire d’Ibrahim, ce bègue barbu qui aurait remplacé bien rapidement l’amant esseulé et pour lequel Sara aurait mystérieusement succombé au charme de sa personne? Daniel aurait certainement eu quelques mots à lui dire, le problème étant qu’Ibrahim a lui aussi disparu. C’est donc devant un terrible casse-tête que Daniel se retrouve, seul dans un monde où les violences font toujours rage, à tenter de recoller inlassablement les mille et une pièce qui composent le drame de sa vie. Réussira-t-il à retrouver la trace de sa fille chérie, qui semble s’être perdue sur une ligne de désir à la recherche de sa propre identité?

L'avis


de la rédaction

Vos commentaires

Revenir au début