«Passage» de Sarah Baril Gaudet: un documentaire poétique sur la jeunesse témiscamienne | Bible urbaine

Cinéma_Entrevues

«Passage» de Sarah Baril Gaudet: un documentaire poétique sur la jeunesse témiscamienne

«Passage» de Sarah Baril Gaudet: un documentaire poétique sur la jeunesse témiscamienne

Entrevue avec une jeune réalisatrice en pleine ascension

Publié le 15 mars 2021 par Mathilde Recly

Crédit photo : La Cabane / Les Films du 3 Mars

Ce 19 mars, la réalisatrice et directrice de la photographie Sarah Baril Gaudet présente son premier long métrage documentaire, Passage. Tout au long du film, on suit de près le cheminement de deux jeunes originaires de sa région natale, l’Abitibi-Témiscamingue, à un moment charnière de leur vie où ils s’apprêtent à prendre leur envol et à (peut-être?) changer de cap. Afin d’en savoir plus, nous avons échangé avec la cinéaste à propos de son parcours et de sa toute nouvelle création.

Quand tout part d’une coupure de journal…

C’est une histoire d’amour qui a commencé tôt entre Sarah Baril Gaudet et le septième art. En effet, dès son plus jeune âge, la réalisatrice a été «biberonnée» au cinéma québécois puisque ses parents l’emmenaient à Rouyn-Noranda toutes les fins de semaine (ou presque) pour voir les nouveaux films à l’affiche.

Par la suite, et de façon toute naturelle, son parcours l’a menée à suivre un baccalauréat en cinéma à l’Université du Québec à Montréal. «À ce moment-là, j’ai été amenée à participer à des projets documentaires où je me suis rendu compte que j’aimais aller un peu plus loin que l’aspect de direction photo. En fait, j’aimais m’impliquer dans toutes les étapes de création et je trouvais intéressant d’être immergée dans des univers auxquels je n’aurais pas eu accès autrement. Comme je suis quelqu’un de naturellement réservée, c’était une façon pour moi de rentrer en contact avec les gens et ça m’a donné le goût de passer à la réalisation!», nous explique-t-elle.

Ce choix s’est alors avéré être éclairé, puisque son premier court métrage Là où je vis a obtenu la bourse du Meilleur espoir documentaire à l’UQÀM, en plus d’être sélectionné dans plus d’une vingtaine de festivals internationaux et de remporter plusieurs prix.

Partie sur une bonne lancée, Sarah Baril Gaudet s’est ensuite penchée sur son premier long métrage documentaire, Passage. Pour celui-ci, l’inspiration a frappé de façon inattendue: «Un matin, par hasard, je suis tombée sur un article de journal qui parlait de la vente des terres au Témiscamingue et de l’exode des gens de là-bas. Soudainement, je me suis sentie préoccupée par le sort de ma région natale, et je me suis demandée comment le rapport des jeunes à ce territoire avait évolué depuis que j’étais moi-même partie. Donc, je suis retournée dans mon ancienne école et j’ai commencé à faire des entrevues avec des élèves de secondaire 5.»

Réalisatrice_Sarah_Baril_Gaudet

La réalisatrice Sarah Baril Gaudet. Photo: La Cabane / Les Films du 3 Mars.

Le défi de s’adapter aux deux protagonistes

Finalement, au détour de ces discussions filmées, Sarah Baril Gaudet s’est sentie interpellée par deux destins en particulier. D’un côté, il y avait Yoan qui rêvait d’aller ailleurs pour pouvoir vivre pleinement ses expériences et laisser plus de place à son homosexualité. Il était toutefois un peu freiné par sa vulnérabilité et son anxiété. Comme en «effet miroir», son amie Gabrielle – qui faisait partie de la même gang de jeunes – était quant à elle extravertie, avec un mode de vie «très rural» et sans volonté aucune de quitter la région. Elle se sentait forcée de devoir partir pour continuer ses études, puisqu’il n’y a ni cégeps ni universités près de chez elle.

Outre le côté extrêmement émouvant de suivre ces jeunes à travers des prises de décisions difficiles, la petite équipe de tournage (ils étaient juste trois!) a eu comme défi de se calquer sur l’horaire et le mode de vie des protagonistes.

«C’était beaucoup d’adaptation car on tournait avec des adolescents qui ont leur propre horaire et, en même temps, on ne voulait pas être trop envahissants avec la caméra», explique Sarah. «Parfois, on planifiait des scènes avec eux pour tester différentes choses. Mais, à d’autres moments, les jeunes nous lançaient des invitations imprévues. On se sentait toujours en stand-by, prêts à prendre notre stock pour filmer et partir avec eux. C’était normal, car il se passait des choses spontanées dans leur vie qu’on ne pouvait pas toujours anticiper.»

Affiche_film_Passage_Sarah_Baril_Gaudet_BU

Un sentiment de joie et de nostalgie

Elle-même touchée de redécouvrir sa région et certaines beautés à côté desquelles elle était parfois passée lorsqu’elle y habitait, la réalisatrice a tenu à faire transparaître ce spleen qui colle également bien à la peau de ceux qui traversent (et s’apprêtent à quitter) l’adolescence.

«Passage est un film qui peut vraiment s’adresser à tout le monde. À travers Yoan et Gabrielle, je souhaite que le spectateur puisse passer un petit moment avec lui-même, et qu’il soit nostalgique d’une époque qu’il a vécue à sa façon. Je pense que tout le monde peut se retrouver à travers une quête universelle qui est celle d’un moment important de sa vie, soit le passage à l’âge adulte. Aussi, dans un contexte de pandémie, je suis persuadée que ça va réchauffer les cœurs et faire du bien d’aller passer un été avec une gang de jeunes – surtout vers la fin mars!», conclut-elle avec enthousiasme.

Pour visionner Passage, plusieurs options s’offrent à vous: rendez-vous en salle au Cinéma du Musée et à la Cinémathèque québécoise, ou en ligne sur la plateforme BPM (des Cinémas Beaubien / du Parc / du Musée) à partir du 19 mars, et en salle au Cinéma Paramount à Rouyn-Noranda plus tard ce printemps. Bon film!

*Cet article a été produit en collaboration avec Les Films du 3 Mars.

Le documentaire «Passage» en images

Par La Cabane / Les Films du 3 Mars

  • «Passage» de Sarah Baril Gaudet: un documentaire poétique sur la jeunesse témiscamienne
  • «Passage» de Sarah Baril Gaudet: un documentaire poétique sur la jeunesse témiscamienne
  • «Passage» de Sarah Baril Gaudet: un documentaire poétique sur la jeunesse témiscamienne
  • «Passage» de Sarah Baril Gaudet: un documentaire poétique sur la jeunesse témiscamienne
  • «Passage» de Sarah Baril Gaudet: un documentaire poétique sur la jeunesse témiscamienne
  • «Passage» de Sarah Baril Gaudet: un documentaire poétique sur la jeunesse témiscamienne
  • «Passage» de Sarah Baril Gaudet: un documentaire poétique sur la jeunesse témiscamienne

Nos recommandations :

Vos commentaires

Revenir au début